Guang Ming ISMC

 

                Institut Supérieur de Médecine Chinoise


Acouphènes et maladie de Menière ; causes et traitements

J’ai dû manquer de précision dans un de mes messages précédents. En fait la médecine chinoise peut être efficace pour tous les types d’acouphènes et non seulement pour ceux qui sont liés à la maladie de Menière.

Comme je ressens un intérêt certain pour la médecine chinoise, qui peut apporter de nouveaux espoirs à certains, je donne quelques informations supplémentaires. Je comprends qu’un manque de communication avec son médecin chinois ne soit pas une expérience très agréable. Sans doute s’agit-il d’un praticien d’origine chinoise qui ne maîtrise pas bien la langue. Dans ma pratique, je considère qu’il est important que le patient sache quels sont exactement la cause et le mécanisme de sa maladie et comment je compte y remédier. Cela aide à ‘diriger nos deux volontés vers le même but’, qui est celui de la guérison. C’est la ‘connivence’ dont parlait Gérard. En général les explications sont évidemment simplifiées, car la plupart des patients ne sont pas familiarisés avec le discours scientifique de la médecine chinoise... mais c’est assez facile à saisir et très raisonnable.

Voici donc quelques informations complémentaires résumées.

Les acouphènes sont cités pour la première fois comme maladie (plus traitement) dans un manuel médical chinois du 6me siècle. Depuis lors son diagnostic et ses traitements se sont largement diversifiés jusqu’à ce jour. Malgré cette recherche et cette expérience de 14 siècles... on n’arrive cependant pas encore à guérir cent pourcent des patients. Cependant les statistiques dont je dispose actuellement accusent un taux d’efficacité de plus de 80%. (Ce taux d’efficacité se divise selon les critères suivants : 1. Guérison, 2. Grande amélioration, 3. Légère amélioration ; 4. Pas d’amélioration. Le pourcentage total de l’efficacité se fait par l’addition des points 1 à 3).

Voici quelques causes des acouphènes suivant la médecine chinoise (dans le désordre) : une maladie chronique débilitante, des excès sexuels, le surmenage physique ou intellectuel, les problèmes émotionnels, le vieillissement, une alimentation ‘déréglée’, les atteintes virales, les traumatismes, les tumeurs, les maladies pyogènes, etc. Certains s’y reconnaîtront sans doute, tel qui s’est brisé les reins dans la préparation de ces examens, tel autre ayant été gravement blessé dans ses émotions, tel autre enfin, ayant trop profité des plaisirs de la vie, etc... tel autre finalement, ne se trouvant aucune cause et étant né avec ce facteur héréditaire (qui n’est pas nécessairement un gène spécifique, mais un type d’affaiblissement relaté à une quelconque fonction physiologique se rapportant aux acouphènes).

En médecine chinoise, les acouphènes se traitent principalement par la médecine aux herbes (phytothérapie) et l’acupuncture. Pour un étudiant (et sans doute le médecin chinois plus tard dans sa pratique), c’est une des pathologies les plus complexes (je ne dois certainement pas vous convaincre de cela). On distingue actuellement 5 mécanismes pathologiques principaux et pas moins de 18 complications. Cela fait une base de 23 mécanismes pathologiques fondamentaux, dont plusieurs d’entre eux peuvent se combiner. Chacun d’eux se développera chez une personne qui a ses particularités physiologiques personnelles (ce qu’en homéopathie on appelle le terrain), ce qui crée autant de tableaux cliniques individuels. C’est compliqué. Mais les médecins chinois dûment formés sont entraînés à ce type d’approche. C’est compliqué... mais cela veut dire aussi que la médecine chinoise dispose d’une connaissance médicale et thérapeutique qui permet de diagnostiquer cette maladie avec sérieux et de la traiter. Voilà de nouvelles raisons d’espérer.

Le problème est qu’en France il n’y a que peu de vrais médecins chinois qui ont eu cette formation (dans les formations abrégées habituelles des praticiens d’acupuncture en France, le nombre de syndromes étudiés se limite actuellement à cinq - meilleur manuel disponible actuellement). Seuls les quelques médecins chinois ayant eu une formation universitaire complète en la matière (y compris les quelques praticiens diplômés de l’Institut Guang Ming en Suisse qui ont également eu cet enseignement, dont deux français) disposent du potentiel nécessaire à traiter sérieusement. C’est notamment pour faire face à ce problème que je publierai bientôt un ouvrage reprenant dans le détail les protocoles de diagnostic et de traitement des acouphènes suivant la médecine chinoise. Espérons que l’élargissement de cette connaissance profitera au plus grand nombre.

Pour terminer... et comme j’ai pu constater qu’au-delà de la souffrance vous savez faire preuve d’humour, je terminerai par une recette populaire chinoise pour traiter les acouphènes et qui, dans certains cas, semble avoir fait ses preuves : "jeter un morceau de fer chauffé au rouge dans l’alcool blanc. Boire cet alcool et en même temps placer un morceau de magnétite dans les oreilles et l’y garder toute la journée (l’enlever la nuit)". Cela dégage les orifices des oreilles, diminue les acouphènes et favorise une ouïe qui décline. Une dernière qui est très jolie et qui s’applique surtout à la surdité : "Prendre un morceau de magnétite de la grandeur d’un grain de soja et y ajouter un peu de carapace de pangolin grillé. Envelopper dans du coton et introduire dans l’oreille atteinte. Garder un morceau de fer dans la bouche. La formule commence à avoir de l’effet quand on peut entendre un bruit comme le vent et la pluie dans l’oreille". Que ces deux petites recettes ne vous mettent surtout pas sur une fausse voie. Elles sont amusantes, mais ne diminuent en rien la profondeur et le sérieux de l’approche des acouphènes en médecine chinoise.

J’espère ne pas vous avoir lassé. Je ne veux pas ‘squatter ce site’... mais compte tenu des demandes d’information que je reçois, je pense que ce genre d’information peut être utile pour le plus grand nombre. Et qu’on s’en souvienne : même si la médecine chinoise dispose d’un arsenal diagnostique et thérapeutique impressionnant, elle ne guérira ou n’améliorera qu’une partie des patients. Il faut espérer... mais savoir garder les pieds sur terre.

retour vers accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22/09/2013