Guang Ming ISMC

 

                Institut Supérieur de Médecine Chinoise


Millepertuis et acouphènes

En tout cas le millepertuis est disponible dans beaucoup de pays européens, souvent sur prescription médicale et sous forme d’extrait.

En Médecine Chinoise le millepertuis est traditionnellement utilisé pour contrôler les hémorragies, la douleur lombaire par surmenage, certains abcès, la mastite, la jaunisse de l’hépatite et les brûlures, sous forme de la décoction de l’herbe entière, en doses de 6 à 9 g par jour. Traditionnellement cette herbe est considérée comme toxique, ce qui veut dire que son utilisation peut produire des effets secondaires.

En occident l’extrait de millepertuis est utilisé contre la dépression. Compte tenu de la dose utilisée et de sa forme d’administration, ses effets secondaires sont très faibles. Suivant des études faites récemment, l’usage interne de l’extrait de millepertuis peut causer des effets secondaires chez 2,4% des patients. Il s’agit d’irritations gastro-intestinales (0,6%), de réactions allergiques diverses (0,5%) de fatigue (0,4%) et d’agitation (0,3%). Dans tous les cas les effets secondaires étaient légers et s’arrêtaient avec l’interruption du traitement. Notons que ces effets secondaires sont largement inférieurs et moins dangereux que ceux que présentent la majorité des anti-dépresseurs actuellement sur le marché.

En théorie le millepertuis présente cependant un danger majeur : il s’agit en effet d’une herbe dite photo-toxique, c’est à dire que quand une personne sensible est soumise au soleil après l’avoir ingéré, elle pourrait présenter une intoxication dangereuse. Ce phénomène a été observé chez des moutons ayant consommé de grandes quantités de millepertuis frais sur les pâturages. En 2.400 ans d’observation, ce phénomène n’a jamais été rapporté chez l’homme. Mais rien que ce risque peut suffire pour que certains responsables de la santé publique soient enclin à interdire le produit. Notons cependant que la chlorpromazine et les tétracyclines sont aussi phototoxiques en une certaine mesure et que cela n’empêche pas qu’ils font des profits plus qu’honorables sur le marché international des produits pharmaceutiques.

retour vers accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22/09/2013