Guang Ming ISMC

 

                Institut Supérieur de Médecine Chinoise

 

Les cas cliniques du Dr. Shi Jiulong

Dragon1.jpg (25697 bytes)

Présentation
Les cas cliniques

Présentation

Le Dr. Shi Jiulong travaille depuis plus de 30 ans en occident. Ce qui différencie son expérience clinique de celle de ses confrères en Chine, c'est que les pathologies auxquelles se trouve confronté le médecin chinois en Europe et aux États-unis, par exemple, diffèrent assez fortement de celles de l'orient.

En occident, la Médecine Chinoise figure parmi les médecines dites complémentaires ou alternatives. Cela veut dire que les patients font rarement appel à elle pour des plaintes de  première ligne. Bien au contraire, la plupart des consultations sont demandées quand la maladie est déjà chronique, quand le malade a déjà fait le tour de toutes les ressources de la médecine occidentale (généraliste, spécialiste, interventions hospitalières) et souvent d'autres médecines ou thérapies complémentaires occidentales (homéopathie, chiropraxie, ostéopathie, phytothérapie, etc.). Cela veut dire que le médecin chinois en occident devra se spécialiser, forcément, dans les cas récalcitrants et chroniques.

Le but de ces études cliniques n'est pas de montrer comment la Médecine Chinoise peut remplacer la Médecine Occidentale ou les autres thérapies complémentaires (bien que ce soit parfois le cas), mais d'illustrer que la Médecine Chinoise offre souvent une deuxième ou une dernière opportunité de guérir ou de soigner des malades abandonnés ou exposés à des interventions handicapantes parfois inutiles.

Pour obtenir de bons résultats avec la Médecine Chinoise, il ne suffit pas d'être un praticien ayant suivi quelque formation complémentaire de quelques centaines d'heures. La Médecine Chinoise est une médecine et une science  à part entière et pour la pratiquer il faut avoir reçu une formation de médecin ... chinois. En occident nous sommes confrontés à une situation étrange où il est reconnu comme une évidence que pour pratiquer la Médecine Occidentale il faut être vraiment médecin, c'est à dire, avoir suivi le curriculum complet des études de médecine, ce qui équivaut à une formation de 7 à 9 ans à temps complet, y compris un internat clinique. Pour des raisons qui doivent encore être élucidées, il semble qu'une bonne partie des praticiens de médecine chinoise en occident, et y compris les autorités de certains pays, croient qu'il suffit d'avoir eu une formation de quelques week-ends, voire quelques centaines d'heures en acupuncture ou en phytothérapie pour pouvoir pratiquer la Médecine Chinoise.

Voilà une bizarrerie de l'esprit bien étrange. On ne devient ni garçon-coiffeur, ni plombier à ce rythme-là. Or bien des écoles et d'associations de la médecine chinoise en occident considèrent ces critères de formation comme suffisants. Même certaines facultés de médecine européennes se hasardent à offrir un diplôme en médecine chinoise ou en acupuncture dont le curriculum ne dépasse pas 150 heures. Étrange, c'est elles pourtant qui crieraient au charlatanisme si le Dr. Shi Jiulong se hasardait à prescrire quelque médicament occidental, même s'il a une formation de 1.200 heures en la matière. Soyons clairs : en Chine, où la Médecine Chinoise est réglementée au même titre que la Médecine Occidentale, une personne n'ayant pas au moins une formation universitaire, n'aura jamais accès à la profession et si elle se risquait à quelque intervention médicale, elle serait poursuivie pour exercice illégal de la médecine ... tout comme n'importe quel charlatan en occident.

On ne peut qu'espérer que les autorités et les responsables de la Santé Publique des pays occidentaux acceptent l'évidence : pour qu'on puisse pratiquer la Médecine Chinoise, il faut avoir une formation complète ... il ne reste donc qu'à créer des facultés qui répondent à ces normes et besoins et une législation qui réglemente la profession. Mais tout cela est 'politique'. Et que chaut le bien-être de nos malades à ce monde-là? Bien trop de patients se le demandent.

Les cas cliniques

Ils sont classés ci-dessous par ordre alphabétique. Pour lire les études concernées, cliquez.

Acouphènes 
Cancer

Cystite

Dépression

Douleurs lombaires
 
Fièvre
Indigestion

Syndrome de Ménière

Rhume

retour vers accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22/09/2013