Guang Ming ISMC

 

                Institut Supérieur de Médecine Chinoise


Les sensations d'un traitement d'acupuncture

Les sensations qu’on peut ressentir quand on reçoit (ou subit) un traitement d’acupuncture peuvent être très divers. Il y en a de désirables et d’indésirables.

Parmi les indésirables figure tout d’abord la douleur causée par la piqûre même, c’est à dire à l’insertion, ce très bref moment où l’aiguille traverse la peau. Ce moment est supposé être parfaitement indolore. Il y a cependant des exceptions. Tout d’abord certains points d’acupuncture, situés en des endroits peu charnus ou en des lieux particulièrement innervés sont plus sensibles que d’autres. La piqûre peut y être douloureuse. Certains points situés à l’avant ou directement sous l’oreille en font partie. Il y a aussi les personnes hypersensibles, pour qui toute insertion d'aiguille sera forcément douloureuse. L'acupuncteur s'efforce d'y remédier en commençant par l'insertion d’une aiguille en un point qui désensibilise la peau ou en utilisant des techniques d’insertion spéciales.

Puis vient le moment après l’insertion. Il peut y avoir une douleur anormale quand l’aiguille touche un tendon, un vaisseau (éventuellement l’artère), un nerf ou l’os. Ce sont le plus souvent des douleurs indésirables. Mais il faut savoir qu’il existe des techniques acupuncturales spéciales visant le grattage du tendon ou de l’os. Elles sont cependant peu connues en France et pas utilisées pour traiter des problèmes de l’oreille.

A côté de cela, il y a cette fameuse sensation, appelée « sensation de l’énergie », qui est considérée comme très souhaitable à chaque piqûre. En quoi consiste-t-elle ? Après avoir inséré l’aiguille, l’acupuncteur enfonce doucement l’aiguille à une profondeur donnée (qui peut varier de quelques millimètres à pluseurs centimètres selon la localisation), afin de toucher la voie de l’énergie qu’il veut influencer. Au moment où l’énergie est sollicitée, le patient peut ressentir plusieurs types de réactions : la meilleure, mais la plus rare est celle d’un courant électrique fulgurant qui parcourt une certaine distance suivant le courant de l’énergie (cela peut aller de quelques centimètres à plus d’un mètre). On considère que c’est la meilleure réaction possible ... bien que ce ne soit pas la plus agréable pour le patient qui, la première fois, peut être très surpris ou même effrayé. D’autres sensations possibles sont une sensation de congestion, de gonflement, de crampe autour de l’aiguille ou dans le muscle adjacent. Il peut y avoir aussi une sensation de perte de sensibilité ou de paresthésie (comme pendant une anesthésie locale par exemple).

Toutes ces sensations sont normales et l’acupuncteur scrupuleux fera tout ce qu’il peut pour les provoquer, car elles sont une garantie de l’effet du traitement. Cela ne veut cependant pas dire que ces sensations doivent être très douloureuses. Leur intensité est dépendante de plusieurs facteurs : l’énergie propre du patient (une personne affaiblie réagit en général plus faiblement), le point utilisé (il y a des points plus réactifs que d’autres), la manipulation forte ou légère de l’acupuncteur. Celui-ci choisira tel ou tel type d’intensité de traitement suivant le cas et suivant le patient. En général il préviendra le patient de ce qu’il peut ressentir. Certains acupuncteurs commencent souvent le traitement d’un nouveau patient par une piqûre ‘pour faire connaissance’, afin que le patient sache exactement à quoi il peut s’attendre par le suite.

En général les traitements en occident sont assez doux comparés à ceux effectués en Chine, chez un public plus familiarisé avec l’acupuncture et étant en général plus énergétique (80% de paysans).

La présence ou l’absence de la sensation d’énergie est un des élements qui permettent d’apprécier un acupuncteur. Un praticien qui fait mal en piquant son aiguille et qui après la laisse plantée où elle est, sans chercher à évoquer la sensation d’énergie, aura sans doute un zéro sur dix. Un praticien qui pique de façon indolore et puis laisse l’aiguille en place sans rien faire de plus, est un bon piqueur d’aiguilles, mais n’est pour autant pas un vrai acupuncteur, dont la tâche est de manipuler l’énergie du corps en vue du soulagement ou de la guérison du patient. Un acupuncteur qui pique sans causer de douleur, puis travaille l’aiguille pour évoquer la sensation d’énergie, appartient à la bonne catégorie. Ici on pourrait encore subdiviser selon la maîtrise des sensations obtenues, l’art de les diriger vers le lieu à traiter, etc. Mais ne soyons pas trop difficiles. Il est déjà assez difficile de trouver un acupuncteur qui sait planter convenablement une aiguille. En tout état de cause, « ne rien sentir pendant un traitement d’acupucnture » est plutôt mauvais signe.

Il y a encore quelques points importants.

Un premier est la légende que quand l’acupuncteur a piqué l’aiguille, celle-ci reste dressée droite et puis, après quelques instants, retombe, ce qui voudrait dire que l’aiguille a fait son travail. Fantaisistes à éviter. Cela n’a rien à voir avec l’acupuncture.

Un deuxième point, important aussi, est que quelques personnes ne sentent pas du tout la sensation d'énergie à la piqûre. Ce n'est pas toujours dû à l'ineptie de l'acupuncteur. Il y a 1 à 2% de la population qui ne ressent pas cette sensation, tout en réagissant normalement. Dans la pratique, on constate cependant que dans nos cabinets européens, plus de 70 % des patients ayant reçu de l’acupuncture n’ont jamais ressenti la sensation d’énergie, mais uniquement la douleur de l’insertion. A méditer.

Un troisième point : certains acupuncteurs ne jurent que les aiguilles en or et en argent. Non seulement il s’agit là de légendes acupuncturales propres à l’occident, mais ces aiguilles ne peuvent pas être stérlisées proprement et ne permettent pas un usage ‘à jeter’. Or l’aguille stérile à jeter est une obligation dans la profession.

Un quatrième point : une séance d’acupuncture peut ‘secouer le patient’. Un bon traitement acupunctural n’est pas nécessairement anodin. Quand l’énergie du patient est resté bloquée pendant de longues périodes et qu’elle se remet en mouvement, cela peut causer un certain nombre de réactions désagréables, tout de suite ou plus tard après le traitement. Un acupuncteur averti en tiendra toujours compte, informera dûment son patient et, quand c’est nécessaire, l’invitera à rester encore quelque temps (s’il le faut quelques heures) sous observation, avant de rentrer chez lui. Mais cela est rare dans nos contrées où l’acupuncture est décidément très ‘légère’.

Il faut rappeler qu’en Chine l’acupuncture fait partie de la médecine chinoise et est donc une médecine ... ce qui veut dire qu’elle nécessite une formation complète en médecine chinoise (y compris une bonne part de la médecine scientifique occidentale). Cela ne s’improvise pas en quelques week-ends, même quand ces week-ends sont répartis sur trois ans, ni en trois semaines de ‘stage’ en Chine. La formation de base représente un minimum de 5 ans à temps plein, y compris un internat clinique.

Même si on considère que la médecine chinoise et l’acupuncture ne sont pas une science mais un art (de guérir s’entend), il faut se rappeler que dans tout art il y a 95% de transpiration et 5% d’inspiration, même quand on s’appelle Mozart !

Retour aux questions

retour vers accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22/09/2013